Cher Journal, on s'est octroyées une petite pause...

Pushkar, loin de la frénésie indienne

Pushkar

Pushkar, Rajasthan, Inde

11h30  du matin, après avoir pris un train puis un taxi, on arrive à Pushkar, cette Holy Place (ville sacrée) dont tout le monde nous a parlé… En effet, touristes et indiens s’accordent à dire que Pushkar est une ville dont on ne peut que tomber sous le charme…Pour nous, en sera t il de même?

Pushkar | Jour 1

Le taxi nous dépose au début de la rue commerçante principale, interdite aux voitures, on traverse alors une bonne partie du centre ville pour rejoindre notre hôtel… Notre 1ère impression?  Beaucoup de boutiques et de restaurants, des voyageurs à locks, des vêtements un peu hippies sur les étales et le retour de ces voyageurs qu’on aime tant… Ceux qui « volent » l’argent des locaux en vendant leurs propres bijoux « ethniques »… Tu l’auras compris, c’est pas très typique tout ça mais la ville a l’air calme et plutôt jolie, et franchement, on n’est pas contre une petite pause, on retrouvera bien assez vite la frénésie à l’indienne.
Arrivées à l’hôtel, on a toujours nos sacs sur le dos mais on a déjà un coup de coeur monumental pour l’endroit! La gérante est une crème, l’établissement est superbe, les décorations de la chambre, peintes à la main sont magnifiques, les espaces communs ont un charme fou et cerise sur le gâteau, l’hôtel étant situé au bord du lac, on a une vue imprenable sur les ghats.

Il est déjà plus de midi, on cherche un restaurant sympa en rooftop. On opte par hasard pour le Sanjay Restaurant qui est vide, mais qui dispose d’une vue de dingue sur le lac. Généralement on choisi toujours les resto les plus remplis, afin d’écarter au maximum la probabilité de tomber malade, mais là, on a un bon feeling.. On reste!? Les cuisiniers sont  aux petits oignons avec nous, la carte est énorme et très économique, on se laisse tenter par 2 plats au four, pas du tout indiens mais délicieux! C’est sur, on reviendra… L’estomac bien rempli et bercée par l’atmosphère détendue de la ville, je m’octroie une petite sieste (très longue en réalité il parait…).

Cé préfère chiller sur la terrasse, et observer le changement de lumière sur les ghats, les envolés de pigeons par centaines et la vie qui s’anime tout autour du lac. C’est étrange d’être ici, dans une ville si sereine, alors que d’habitude l’Inde est toujours et partout si intense…
Je me réveille enfin et c’est devant un thé au citron qu’on s’offre notre premier couché du soleil sur le lac sacré.
En parlant de lac sacré, il faut savoir que sous ses faux aires de ville ultra touristique, Pushkar est avant tout un haut lieu de pèlerinage, où tout hindou doit se rendre au moins une fois sa vie. Brahma (l’une des 3 principales divinités hindoues) aurait fait tomber une fleur de lotus à endroit même où Pushkar (qui signifie fleur de lotus) a été bâtie, c’est pourquoi ici un temple lui est entièrement dédié (il n’y en a que 3 en Inde).
A la nuit tombée, on retourne dans le même restaurant que ce midi, où l’on peut observer, de loin, les hindous s’adonner à leurs rituels sur les ghats.

Pushkar | Jour 2

Ce matin, on se réveille tranquillement et c’est seulement vers 12h qu’on ressort de l’hôtel (quand on te dit qu’on y est trop bien…) Hier, on a aperçu un stand de rue plein à craquer, il paraît qu’on y mange les meilleurs falafels de la ville, on va aller vérifier cette information… J’opte pour un tacos, Cé pour une assiette falafels complète. Avec ces produits ultra frais, ces plats hyper copieux, très économiques et gourmands, c’est effectivement une adresse à ne pas rater à Pushkar!

T’as dû le remarquer… depuis hier, on ne fait que manger et chiller, alors cette aprem, on a décidé de se bouger un peu les fesses, et d’aller découvrir la ville, plus en profondeur. On jette d’abord un coup d’oeil aux boutiques de l’artère principale où on tombe sur un grossiste spécialisé dans les bijoux. On y reste une heure, on en ressort avec une dizaine de bijoux tous plus chouettes les uns que les autres. Quelques minutes plus tard, on craque pour 2-3 autres bricoles, ça faisait un petit moment qu’on avait pas fait de shopping… On met un terme à nos achats compulsifs (en vrai, on a acheté que des trucs dont on avait besoin, ou presque…) et on se lance dans la découverte des ghats. Alors qu’on marche depuis moins de 15 minutes, on tombe sur le Sunset Cafe qui jouit d’une vue imprenable sur le lac et la ville, on se sent obligées d’y prendre un thé, tu comprends…

30min plus tard,  on pose enfin nos pieds (au sens propre) sur les escaliers du lac : les chaussures étant interdites sur les ghats les plus proches du lac, on pose nos tongs… Les deux pieds dans la fiantes fraiche de pigeons, tout de suite, ça a moins de charme… On fait abstraction de la situation, ou tout du moins on essaye… Tu peux nous croire, quand ça pue et que tu sens craquer sous ta voute plantaire toutes ces merdes d’oiseaux, t’as vite l’estomac au fond de la gorge…
On tient le coup et on descend près de l’eau. Un homme nous explique alors que l’accès y est interdit, si on n’achète pas une fleur à donner en offrande au lac… Vas y sort ton pipeau, sort ton violon, mais ton petit air tu vas le jouer à d’autres, ok!? On avait eu vent de cette arnaque, on refuse et on continue notre chemin. Tout au long de notre promenade sur les ghats, on nous sollicite sans cesse, pour qu’on achète ces foutues fleurs, pour qu’on fasse un don à Hanuman, for lucky, et j’en passe… Pour l’anecdote, un indien à essayer de vendre une fleur à Cé, alors qu’il venait de la ramasser par terre, ils doutent de rien les mecs… On a croisé à plusieurs reprises des touristes à qui, de faux gourous demandaient 1000INR avec insistances en contreparties des « rituels » qu’il venait de réaliser avec eux… Chacun est libre de faire ce qu’il veut, mais sois vigilant, ici, le simple fait d’acheter une fleur peut t’embarquer dans une situation délicate…

Alors que notre promenade touche à sa fin, on entend des percussions. Curieuse, Cé décide d’aller voir. On découvre un homme installé sur des tapis, face à des tambours traditionnels, à quelques mètres des ghats. Il persuade Cé de le rejoindre, nous parle de ses nombreux voyages en France et de ses amis qui y habitent, puis il commence à donner quelques leçons à Cé et l’invite à le rejoindre au rythme de ses bâtons. 5 min plus tard, un de ses amis français se joint à eux et c’est partit pour un boeuf traditionnel sur fond de coucher de soleil sur lac… Un chouette moment! 15min plus tard, on s’éclipse discrètement pour laissé place au talent des 2 hommes (même si franchement elle n’a pas démérité!!). Le son résonne dans tout le quartier, c’est magnifique! Avant de rentrer, on fait une halte au temple de Brahma et ses couleurs pastels, et on mange une dernière fois au Sanaj, et oui… encore!
Demain on reprend la route, direction Udaipur!

PushkarPushkarPushkarPushkarPushkarPushkarPushkarPushkarPushkarPushkarPushkarPushkarPushkarPushkarPushkar

Pushkar, nos infos utiles :

Où dormir à Pushkar?

Hotel Bharatpur Palace (Sader Bazaar) Une pépite! Economique, belle chambre, propre, vue imprenable sur le lac et ses ghats, tout en étant en plein centre ville.
Chambre double avec salle de bain privée (eau chaude) 950INR/nuit.

Où manger (pas cher) à Pushkar?

Hotel Sanjay Restaurant (Gau Ghat Main Market)
Nombreux plats à la carte, économique, super bon, équipe discrète mais sympathique. Rooftop avec vue sur le lac.

Ganga Laffa and Felafel (Pushkar Road Choti Basti)
Les meilleur falafels qu’on ai mangé! Très copieux, un choix fou, pas cher du tout!

Sunset Cafe, au bord du lac, idéal au coucher du soleil. Musique traditionnelle tous les soirs. (par contre le serveur est un peu lourdos…)

Pushkar, comment y aller?

Depuis Jaipur il est facile de rallier Pushkar par le train en passant par Ajmer puis de prendre un taxi ou un bus pour Pushkar.
Trajet entre la gare d’Ajmer et notre hôtel à Pushkar : 400INR à l’aller (en Uber) comme au retour (taxi commandé par l’hôtel).

Un évènement à ne pas manquer

Pushkar organise la plus grande foire aux dromadaires du pays, tous les ans, entre octobre et novembre, (tout dépend du calendrier lunaire) où des centaines de milliers de personnes se donnent rendez vous ici. Ventes et concours de dromadaires, costumes traditionnels, combats de lutte… On a raté cet événement d’une semaine…

Quelque chose à rajouter? à nous raconter? à partager? à nous demander? N’hésite pas à nous laisser un COMMENTAIRE, parce que si on blogue…. c’est pour ça!!! Pouvoir échanger avec toi sur cette passion dévorante pour le voyage!

Allé en haut
Partages